La campagne de fouille 2012

Si les travaux anciens avaient déjà souligné le caractère exceptionnel des vestiges, les investigations engagées en 2012 confirment ces premières impressions.

Terrassement de la partie supérieure du massif dunaire (© D. Cliquet, MC).

Les terrassements effectués en début de campagne ont livré quelques silex et quartz taillés correspondant à l’occupation la plus récente du massif dunaire, vers 70 000 ans. À l’exception du petit lambeau préservé sur le replat du rebord de la falaise de schiste, ce sol a été démantelé rapidement après vers 70 / 68 000 ans par les coulées de blocailles qui marquent le début de la phase froide et humide du Dernier Glaciaire.

Terrassement de la partie supérieure du massif dunaire (© D. Cliquet, MC).

Les nouvelles investigations menées durant l’été 2012 ont dépassé nos espérances avec la mise au jour de témoignages très rares pour ces périodes anciennes.

Ce sont, des vestiges qui nous renseignent sur les environnements : restes d’insectes fossiles très bien conservés, associés à l’aire de travaux de boucherie, charbons de bois, mollusques terrestres, ossements de rongeurs, d’amphibiens, de reptiles, de poissons, d’oiseaux.

Foyer allumé à même le sol et entretenu avec du bois et des os spongieux (© D. Cliquet, MC).
Insectes de la famille des charançons trouvés dans les sols organiques (© P. Ponel, CNRS).
Os spongieux brûlé trouvé à proximité d’un foyer (© D. Cliquet, MC).
Mollusques terrestres vivant dans les massifs dunaires végétalisés trouvés dans les niveaux d’occupation (© D. Cliquet, MC).
Vestiges osseux de rongeurs trouvés dans les niveaux dunaires et dans les sols d’occupation (© D. Cliquet, MC).

Le site s’individualise par l’exceptionnelle conservation des vestiges de faune dominée par le cerf, le cheval et l’aurochs, notamment des stigmates d’interventions humaines sur les « carcasses » animales rapportées sur le site : traces de découpe, de prélèvement de peau, de fracturation des os longs d’herbivores pour en extraire la moelle, d’utilisation d’esquilles osseuses comme retouchoirs.

Bois de chute d’un cerf élaphe (© D. Cliquet, MC).
Vestiges de faune découpée et consommée dont une vertèbre d’aurochs (© D. Cliquet, MC).
Enclume en quartz utilisée pour la fragmentation des os longs d’herbivores pour en extraire la moelle (© D. Cliquet, MC).
Racloir double convergent trouvé sur l’aire de travaux de boucherie (© D. Cliquet).

Mais c’est surtout l’extraordinaire conservation dans un site de plein air, d’empreintes de Néandertaliens imprimées dans un petit sol boueux qui confère au gisement une valeur particulière. Ce « miracle archéologique » est dû à l’apport constant de sable par le vent, assurant un recouvrement rapide des sols d’occupation.

Empreintes de pas poinçonnées dans un petit sol organique (© D. Cliquet, MC).
La même vue avec les empreintes cerclées (© D. Cliquet, MC).

Parallèlement les travaux de post-fouille ont été engagés : étude des faunes, détermination des essences végétales d’après les charbons de bois (anthracologie).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s